jeudi 25 avril 2013

La Fille Seule dans le Vestiaires des Garçons

Le résumé de ce roman me tentait et j'ai bien fait de m'y plonger.  Je remercie Brigitte aux éditions Flammarion de m'avoir proposé ce livre !

°°° L'auteur °°°

Hubert Ben Kemoun vit à côté de Nantes. Auteur reconnu dans l'édition jeunesse, il a publié plusieurs ouvrages chez Flammarion Jeunesse. Le roman policier est son domaine d'écriture préféré, où il mêle l'humour et le frisson. 

°°° L'histoire °°°

Tout commence par un baiser, comme une chance, une promesse pour Marion. Une aubaine pour une jeune fille toujours si maladroite avec les garçons. Mais ce baiser va faire de sa vie un enfer. Peu à peu, la honte laisse toute la place à la rage, et Marion prépare sa vengeance. Sans réfléchir aux conséquences de ses actes...

°°° Un extrait, une mise en bouche °°°

J'ai tout de même tenté le coup, juste pour voir, comme on demande à voir le jeu de son adversaire au poker. Parce que ce jour-là, après mes déboires avec Enzo, il me semblait que rien ne pouvait être plus précieux que de recevoir l'aide d'une véritable experte en garçons.
- Je voulais te dire... J'ai un problème...
- C'est bien, ma chérie, c'est très bien, elle a murmuré toujours le nez scotché sur son écran, avant d'ajouter : Et le reste de ta journée s'est bien passé ? 
- Maman !
- Oui, Marion, je suis d'accord avec toi...
Très hermétique, la bulle.
- Maman, je crois que je sui enceinte !... J'attends un bébé !
J'ai dit ça sans réfléchir. 
J'aurais tout aussi bien pu lui annoncer que je m'étais fait racketter mon portable à la sortie du collège ou que je partais continuer ma scolarité en Tasmanie, mais c'est ça qui est venu. Et j'ai lancé cette bouée ridicule un peu plus fort que je ne le voulais. Une sorte d'explosion au milieu du calme de cimetière qui régnait autour de cette table basse faussement chinoise et de ce tapis réellement ouzbeck. Au moins lui ai-je fait lâcher son clavier et lever les yeux sur moi. 

°°° Mon opinion °°°
Ce livre est le quatrième opus d'une collection basée sur les émotions... Dans ce tome, c'est la rage  qui est contée. La rage, celle qui vous prend aux tripes, celle qu'on ne peut plus contrôlée, celle qui vous emporte....

Tout commence de façon assez anodine : un garçon - Enzo - taquine une jeune fille - Marion. On passe la journée à suivre leur joute verbale. J'avoue que l'un et l'autre font preuve de beaucoup d'imagination et on pourrait presque croire que ce sont deux amis qui aiment bien les jeux d'esprits. Mais tout d'un coup, ça dérape. On passe des mots à une action. Pourtant pas très grave : Enzo prend le sac de Marion. Elle ne l'aura que si elle l'embrasse. Marion n'est pas attirée par ce jeu de séduction et prend la mouche... Elle répond par les coups, enfin par un coup. Un coup si violent qu'il laisse Enzo à terre et plus important encore, à terre devant les autres. 
Je crois que c'est surtout ça l'essentiel, l'important. Les autres. S'ils n'étaient pas là, Enzo n'aurait pas taquiné Marion, elle ne lui aurait pas répondu, il n'aurait pas pris son sac et elle ne l'aurait pas frappé.
Mais ils sont là et l'un comme l'autre est trop fier pour laisser l'autre "gagner". Il faut avoir le dernier mot, celui qui montre qu'on a mouché son adversaire. Celui qui permet de faire croire à la carapace que l'on a construite.

On suit Marion dans ces quelques jours qui suivent cet incident. Ses émotions sont très bien retranscrites : son orgueil, sa peur, sa détresse, son manque de confiance en soi, sa fierté, ses regrets aussi. Et puis soudain, tout est balayé par la rage. Cette rage qui la brûle en dedans, qui la ferme au reste du monde, qui lui fait faire des choses qu'elle regrette.

Alors oui, Marion n'est pas une jeune sans problème. Au contraire, sa famille est disloquée, chacun est plus occupé à panser ses plaies à qu'à faire attention aux autres. Mais, mais c'est une famille qui ressemble à beaucoup d'autres. On ne peut que se sentir concerné par ce qui arrive à Marion, par sa famille et par son "combat".
Bien sûr, plus d'une fois on a envie de lui dire "mais parle ! ne garde pas tout pour toi !". Plus d'une fois on a envie de l'arrêter, de lui dire que c'est une mauvaise idée. Mais rien ne peut l'aider.

Il est intéressant et en même temps déroutant de voir comment et pourquoi cette taquinerie se transforme en humiliation publique préméditée puis en actes de violence extrême. Comment un regard échangé à la sortie du bahut se transforme en pugilat organisé.

Ce qui est le plus juste dans ce livre est non seulement la montée en puissance de cette rage, de cette haine, mais aussi l'incompréhension : comment peut-on en arriver là ? Sans pour autant nous proposer de remède miracle ou de réponse toute faite, Hubert Ben Kemoun, nous donne des pistes de réflexion.
C'est ce qui m'a le plus plu dans ce livre, c'est ce qui me fait penser que c'est un livre qui peut répondre à certains problèmes qui se posent aux adolescents.

Le seul reproche, c'est que j'aurais aimé avoir le point de vue d'Enzo ou d'un de ses amis. Car ici, on n'a qu'un seul regard - celui de Marion - et qu'il est forcément subjectif. C'est un peu plus compliqué pour prendre la pleine mesure de la situation, mais plus facile pour qu'on puisse s'identifier au personnage et se demander "Qu'aurais-je fait à sa place ?"

En conclusion, c'est un livre que je vous recommande fortement !

°°° Informations sur le livre °°°
Éditions : Flammarion
Nombre de pages : 218
Prix : 13€
Date de sortie : 2 mai 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour ce commentaire !! C'est grâce à vous que ce blog continue de vivre !
Trop de spams tuent les commentaires..... Je suis obligée de remettre la vérification des mots pour éviter d'avoir des spam à gogo ! Désolée pour vous !