mercredi 18 janvier 2012

Le jour où j'ai perdu mes poils

C'est en rangeant les livres dans le coin bibliothèque au boulot que ce roman a atterri dans mes mains pleines de doigts ! Ayant déjà lu un autre ouvrage du même auteur (le Journal d'un chat assassin), je l'ai emprunté !

°°° L'auteur °°°

Anne Fine est née à Leicester en 1947. Elle a été élevée avec ses quatre soeurs dans une grande maison au jardin clos entre Londres et Burningham. Elle a écrit des romans pour adultes et a reçu de nombreux prix pour ses ouvrages destinés à la jeunesse. On lui doit notamment Madame Doubtfire : Quand papa était femme de ménage et Le journal d'un chat assassin.

°°° L'histoire °°°

Comment rester digne quand on a un problème de peau, quand on ne peut pas arrêter de se gratter et quand, à force de se gratter, on sème d'étranges flocons sur le tapis ? Comment ne pas craquer quand on est entouré par une foule de gens sans cœur qui vous trouve dégoûtant ? Anthony a beau être un chien, il refuse qu'on se moque de lui. Et surtout il veut qu'on le soigne. Que quelqu'un fasse quelque chose ! On ne peut pas le laisser comme ça.

°°° Un extrait, une mise en bouche °°°

Alors Madame Je-ne-m'en-soucie-guère est arrivée, d'un pas tranquille, dans l'embrasure de la porte, laissant tomber négligemment des morceaux de fromage de la râpe qu'elle tenait à la main. (Un rayon de soleil dans ma journée !)
- Quel genre de problème ?
- Tout sa peau s'en va.
- S'en va ?
- Oui. Sa peau s'en va en horribles, dégoûtants, répugnants petits flocons.
(Merci, Joshua. Et n'espère aucune compagnie ni sympathie de ma part, la prochaine fois que tu attrapes la varicelle.)
- Oui, reprend Moira en chœur. Il est rouge écarlate en dessous et des bouts de lui sont déjà partis.
(Très bien, Moira, ne compte plus sur moi pour gâcher mon temps à rapporter un bâton pour t'amuser, la prochaine fois que tu es clouée chez toi avec la rougeole.)
J'espère qu'elle va lâcher sa râpe avant de me toucher. Et bien se laver les mains. Après tout, comme je l'ai déjà précisé, je ne dirai pas que je suis maniaque, mais je préfère un bol sans restes collés !
Me toucher ! Rien du tout !
Madame Comment-ça-dans-ma-maison se recule.
- Pouah ! C'est horrible ! C'est répugnant !
Merci beaucoup à tous. Est ce que quelqu'un parmi vous est en manque de gens sans cœur ?
Si oui, dites le moi. J'en ai un assortiment.
Une cargaison complète.

°°° Mon opinion °°°

Roman à lire dès 7 ans en étant accompagné et dès 10 ans en étant seul.

L'histoire d'Anthony est peu banale. Tout d'abord, c'est un chien. Plutôt propret et qui aime bien son petit confort. Or ce chien qui fait si attention à son hygiène attrape la gale. Et c'est le début de son cauchemar : comment se faire aimer lorsqu'on a des problèmes de peau ? Comment vivre alors que tout le monde vous trouve dégoutant, se moque de vous et n'ose même pas vous toucher ?
C'est une expérience que nous allons vivre grâce à Anthony.
De ses aventures chez le vétérinaire, aux examens pratiqués par les enfants, des moqueries du chat des voisins et des autres chiens du parc, Anthony ne nous épargne rien !

C'est un livre qui est très rapidement lu par un adulte (même pas un quart d'heure) et qui est un très bon support pour lancer un débat avec les enfants sur l'apparence, sur l'estime de soi.

L'histoire peut nous sembler triste, néanmoins il y a beaucoup de situations ou de tournures de phrases qui sont drôles. Mais, certains passages peuvent être flous pour les enfants : il n'est pas dit clairement à qui s'adresse Anthony quand il parle : est-ce à nous ? à lui ? ; de plus, il emploie beaucoup de métaphores pour parler de la mère, du père, de la véto, des autres chiens, du chat... Les enfants peuvent donc s'y perdre.

Pour ma part, l'histoire ne m'a pas plu plus que cela. J'avais vraiment aimé Le journal d'un chat assassin, qui présentait un peu de suspens. Ici, j'ai l'impression de suivre Anthony l'espace de quelques jours, de rencontrer d'autres personnages et puis on se dit au-revoir. J'ai le sentiment d'avoir un livre inachevé entre les mains. De plus, certains passages sont de trop : l'histoire avec Nigel n'est, à mon avis, pas nécessaire, car on part sur une autre optique qui n'a rien à voir avec le thème principal.

Donc, c'est un livre à lire avec les enfants, qui peut servir de support pour des débats mais qui présente quelques inconvénients.

°°° Informations sur le livre °°°

Editions :  L'école des Loisirs
Collection : Maximax
Nombre de pages : 78
Date de sortie : 2002
Prix : 8€

°°° Challenge °°°

Et une lecture de plus pour le challenge "Littérature Jeunesse/Young Adult".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour ce commentaire !! C'est grâce à vous que ce blog continue de vivre !
Trop de spams tuent les commentaires..... Je suis obligée de remettre la vérification des mots pour éviter d'avoir des spam à gogo ! Désolée pour vous !